En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies relatifs aux réseaux sociaux et à la mesure d'audience.

Actualité

Actualités

Concours de mémoires de Master 2 de la Chaire "Aménager le Grand Paris" : félicitations à Adrien Colle

La Chaire "Aménager le Grand Paris" a organisé début 2020 un concours de mémoires de Master 2 de l’Ecole. Huit étudiant.es ayant soutenu leur mémoire en septembre 2019 ont candidaté.

Ces dossiers ont été examinés par un jury mixte composé :

  • D’enseignants-chercheurs de l’EUP : Gwendal SIMON et Sonia GUELTON ;
  • De professionnels expérimentés parmi les partenaires de la Chaire : Charlotte GIRERD et Xavier TOTAIN (SNCF Immobilier), Franck BALTZER (Etablissement Public Foncier d’Ile de France), Lise MESLIAND et Simon D’ANNUNZIO (Linkcity), Arnaud TRECOUR (SPL Air217).

Après avoir remarqué la diversité des thèmes des mémoires qui portent tous sur des sujets importants dans l’actualité du Grand Paris et reflètent les préoccupations de la Chaire, le jury a distingué 3 mémoires et une mention spéciale. Le prix a été remis le 6 mars 2020, lors de la cérémonie de remise de diplômes de l’École.

Le 3eme prix remis à Adrien Colle

Le troisième prix est attribué à Adrien Colle pour son travail intitulé « Faire la ville sobre dans la ville dense. Le cas de la démarche « Métabolisme Urbain » sur le territoire de Plaine Commune », réalisé sous la direction de Yoan Miot, dans le parcours DUI (Développement Urbain Intégré). En soulignant la « complexité » et l’« importance » d’un tel sujet, le jury a apprécié les capacités de démonstration et l’apport « riche » de l’étudiant. Les examinateurs auraient apprécié de voir davantage approfondis les aspects économiques et opérationnels, même si le jury reconnaît la difficulté d’accès à ces données.

Pour lire la synthèse de ce mémoire et en savoir plus sur les autres prix 

Liste des événements

D'autres évènements

Les horaires flexibles renforcent la congestion

"En recourant aux horaires flexibles en entreprise, on étale, ou plutôt on étire les pointes horaires, et on soulage ainsi les routes ou les transports publics. Ça va de soi, sauf que c’est faux." Avec Emmanuel Munch, enseignant à l’EUP. [Aperçu...