En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies relatifs aux réseaux sociaux et à la mesure d'audience.

M2 Développement Urbain Intégré : stratégies et projets

Présentation

Former des professionnels au défi du développement urbain intégré

Ce parcours forme des futurs professionnels au développement urbain intégré, nouveau défi de l’action urbaine publique et privée. Comment conduire le renouvellement des espaces urbains dans un contexte d’austérité des finances publiques, de transformations des enjeux des villes et de mutations des rapports entre espaces et sociétés ? Cet objectif interpelle la capacité des professionnels à appréhender les transitions territoriales et les mutations spatiales, à décloisonner les secteurs d’action publique, à construire des coopérations inédites et à raisonner sur des problèmes et des solutions à l’intersection de plusieurs domaines. L’objectif est de former des professionnels à ces nouveaux contextes d’action et à agir dans des positions d’interface. Cela appelle au renouvellement des savoirs, des approches, des compétences.

Privilégier un dispositif pédagogique qui articule savoirs universitaires et expériences professionnelles

Organisé selon un principe d’alternance entre université et organisme professionnel, le parcours DUI s’appuie sur des modalités de professionnalisation qui articulent savoirs universitaires et expériences professionnelles. Cette alternance est d’autant plus importante que le contexte actuel suppose des innovations qui interpellent la recherche urbaine autant que l’inventivité quotidienne des professionnels. L’aller-retour entre université et organisme professionnel se traduit également par des modalités d’enseignement qui s’appuient sur les situations rencontrées en entreprise et par des modalités de contrôle des connaissances adaptées  à la situation spécifique des apprentis. Ces modalités placent les étudiants/apprentis dans une posture pro-active et réflexive à l’égard de leurs propres apprentissages et de leur capacité à faire émerger des solutions nouvelles.

Produire des connaissances nouvelles sur des problèmes inédits dans des contextes territoriaux différenciés et savoir les valoriser

Ce parcours défend une professionnalisation adossée aux savoir-faire de la démarche de recherche pour outiller les futurs professionnels dans leur capacité à explorer et formaliser des problèmes et des enjeux inédits. Ce pari, en apparence contre-intuitif pour un parcours en apprentissage, reçoit de très bons échos tant des partenaires socioéconomiques que des étudiants. 
Dans cet objectif nous avons conçu un dispositif pédagogique organisé en 3 volets complémentaires :

1/ Le workshop, ou atelier de recherche-action, explore un problème concret posé par un partenaire socioéconomique en vue d’élaborer une problématisation et une méthodologie ad hoc et de produire des connaissances nouvelles à l’échelle de projets opérationnels ou de politiques publiques.

 

2/ Le voyage d’études : pour poursuivre la réflexion initiée avec le workshop, des visites sont organisées auprès de villes dans des contextes territoriaux différenciés (métropole, ville moyenne, espace rural) ayant développé des expériences innovantes en relation avec le sujet du workshop. La rencontre avec les parties prenantes de ces expériences (élus, techniciens, experts…) fait l’objet d’une lecture critique et d’une capitalisation par les étudiants par la réalisation d’un carnet de voyage.

 

3/ La journée d’études est une journée organisée et animée par les étudiants au cours de laquelle ils présentent les résultats de leur travail et organisent conférences et débats avec des intervenants du monde académique et professionnel.

Ce triple dispositif pédagogique est une démarche innovante en plusieurs points : il procède d’une articulation étroite entre plusieurs enseignements du parcours ; il ancre une formation en apprentissage dans une démarche de recherche-action et développe auprès des étudiants des compétences en matière de problématisation et de production de connaissances nouvelles tout en restant connectés à une demande sociale ; il place les étudiants dans une posture pro-active et réflexive à l’égard de leurs propres apprentissages

Modalités d'accès, capacité, compétences visées, débouchés professionnels

Le parcours est ouvert en M2 en formation initiale, en formation en apprentissage et en formation continue, dans tous les cas selon un principe d’alternance entre université et entreprise :
  le stage long, d’une durée comprise entre quatre et six mois, peut être conclu entre septembre et avril et peut se dérouler jusqu’au 30 novembre de l’année suivant l’inscription ;
  le contrat d’apprentissage, pouvant aller jusqu’à une durée d’un an. Il concerne les admis de moins de 30 ans. Il peut être conclu avec une collectivité locale, un organisme public ou une entreprise privée ;

   Attention - Nouveauté : désormais la limite d'âge pour bénéficier d'un contrat d'apprentissage n'est plus 26 ans mais 30 ans pour la Région Ile de France.

  le contrat de professionnalisation, pouvant aller jusqu’à une durée d’un an. Il concerne les admis de plus de 26 ans et ne peut être conclu qu’avec des entreprises privées.
Ces deux dernières modalités doivent être conclues avant le 1er décembre suivant l’admission.

Les frais d'inscription à l'EUP correspondent aux droits universitaires de l'UPEM et de l'UPEC (soit environ 260 euros pour le Master).

Modalités d'admission en formation initiale

Admissibilité sur dossier ; admission après entretien et épreuve écrite

Modalités d'admission en formation continue

Public concerné : tous publics
Prérequis :  bac+4
Tarifs de la formation : entreprise 5 158,12 euros

Modalités d'admission en formation par apprentissage

Le parcours "Développement Urbain Intégré" est ouvert aux étudiants après une sélection sur dossier et après un entretien :
- aux étudiants du Master 1 mention "Urbanisme" de l'Ecole d'Urbanisme de Paris ;
- aux étudiants ayant validé des master 1 de sociologie, de sciences politiques, d'environnement, d'urbanisme, d'économie et de sciences de gestion ;
- aux étudiants ayant un diplôme d'architecture et/ou d'ingénieurs.
L'entrée au sein du parcours en formation en apprentissage est prioritaire et est permise pour, a maxima, 25 étudiants. Le candidat postulant pour une formation en apprentissage devra avoir moins de 26 ans.

Session d’admission pour l’entrée en Master 2 parcours en apprentissage

Il n’y aura pas de seconde session d’admission

  • 24 février 2020 : Ouverture des admissions en ligne
  • 14 avril 2020 : Clôture d’envoi des dossiers de candidature 
  • 20 avril 2020 : Résultats d’admissibilité
  • Du 11 au 13 mai 2020 : Auditons
  • 18 mai 2020 : Résultats d’admission

Consulter le calendrier d'admission

Candidature

- Etudiants ou adultes en reprise d’études : candidature sur https://candidatures.u-pem.fr
- Etudiants internationaux (procédure Campus France) : consultez le site www.campusfrance.org
- Etudiants internationaux (hors Campus France) : candidature sur https://candidatures.u-pem.fr
Pour plus d’informations, contactez la scolarité du diplôme.

Débouchés professionnels

Les futurs professionnels exerceront leur activité dans quatre champs principaux :

 L’analyse territoriale et urbaine : chargé d’études.

  L’élaboration de politique publique et de projet : chargé de mission en urbanisme (planification ou projet), chargé de mission « équipement» , chargé de mission « développement local »

   La construction de partenariats : chargé de mission Europe, chargé de mission « stratégie et partenariat », chargé de mission « Inter-territorialité ».

   La conduite de projet : chargé de mission «Insertion», «Politique de la Ville», «Projet de rénovation urbaine», «participation», «développement local».

Ces métiers s’exercent principalement dans les collectivités locales (en particulier au sein des directions en charge de l’urbanisme, de la participation, du développement local), dans les agences d’urbanisme, les agences de développement local, les bailleurs sociaux, les administrations sectorielles (culture, sport, etc. ) mais également auprès des opérateurs privés ou para-publics de l’aménagement urbain ou encore auprès de bureaux d’études.

Les enseignements

Les organismes professionnels d'alternance

  Collectivités locales : Ville de Paris, Ville de Clamart, Ville de Bagnolet, Etablissement Public Territorial de Plaine Commune, Ville de Toulouse, Conseil Départemental du Val de Marne

  Aménageurs publics et privés : EPT Grand Paris Grand Est ; Ville de Fontenay-le-Fleury ; Ville d'Argenteuil ; Conseil Régional d'Île-de-France, Grand Paris Aménagement, SEMAEST, SERL, EPAORSA, Eiffage Aménagement, Sequano

   Opérateurs privés urbains : SNCF Immobilier, SNCF Gares et Connexion, EDF, BNP Real Estate, I3F, FING, Fluicity, Crédit Immobilier de France, SNCF Développement, DIVD Rêves de Scènes Urbaines, Bouygues

Des bureaux d’études publics, privés, locaux, régionaux, nationaux, internationaux couvrant une large gamme d’activités de la maîtrise œuvre ou de l’’assistance à maîtrise d’ouvrage :  IAU-IDF, CAUE de Seine-et-Marne, Trans-Faire, POlau, Soliha Habitat et Territoires, EGIS Conseil, Indiggo, International Urban development association (INTA), Camofor, Agence d’Urbanisme de Lille Métropole, Urban D2H, SEGAT, IngESPACES, CEREMA Île-de-France

Trouver un contrat en alternance

Le Réseau EUP annuaire des anciens réunit des diplômés de l’EUP, des étudiants, des enseignants mais aussi des entreprises partenaires.

Ses fonctions :

 Mise en relation des anciens et des étudiants de l’école par le biais de l’annuaire.

  Diffusion d’offres de stage et d’emploi transmises par des anciens, des entreprises mais aussi des enseignants.

Cet outil est essentiel pour l’insertion professionnelle des étudiants et permet de garder le lien avec l’EUP.

Pour accéder au réseau :

Contacts

ARAB Nadia

ARAB Nadia

Responsable de formation
nadia.arab@univ-paris-est.fr
MIOT Yoan

MIOT Yoan

Responsable de formation
Yoan.Miot@u-pem.fr
CAMARD Valerie

CAMARD Valerie

Secrétaire pédagogique
valerie.camard@u-pem.fr01 71 40 80 90

Témoignages

Avant d’entrer à l’Ecole d’Urbanisme de Paris, j’ai suivi des études d’architecture que j’ai trouvées passionnantes : c’est un domaine qui permet d’aborder de nombreux sujets, comme les sciences de la construction, le dessin, la sociologie, l’histoire de l’art, la maîtrise de logiciels informatiques... Mais à travers mes expériences en agence d’architecture, j’ai trouvé que la pratique professionnelle de l’architecte était bien souvent déconnectée de la réalité du fonctionnement des collectivités et du contexte dans lesquels les projets s’implantaient. J’ai donc souhaité changer d’échelle, avoir une vision plus globale de la Ville et des territoires. J’ai choisi le master DUI justement à cause de cette vision intégrée de l’urbanisme proposée dans le cursus, qui permet de prendre en compte un maximum d’éléments de contexte dans un projet : les politiques de santé publique, les politiques européennes de développement, les orientations actuelles en terme de développement économique, les questions environnementales...

Ce parcours s’équilibre entre des temps de découverte des outils de fabrication de la ville, des temps d’ateliers sur des cas concrets, et des séminaires thématiques sur les nombreux sujets qui impactent la Ville et le territoire. Le cursus académique s’accompagne d’un appui de l’équipe pédagogique sur la recherche d’apprentissage et les difficultés qui peuvent être rencontrées par des jeunes professionnel·les. L’accompagnement à la recherche d’apprentissage m’a personnellement permis de découvrir des métiers que je ne connaissais pas. Les parcours des étudiant·es du master sont très différents et les missions d’apprentissage reflètent cette diversité. Les échanges sur ces expériences professionnelles variées ont nourri mon parcours au sein du master DUI, me permettant de me poser des questions sur les positionnements professionnels des acteurs et actrices de la ville et du territoire. Les retours à l’école sont toujours enrichis par les temps en entreprise et inversement.

Suite à mon apprentissage, j’ai été embauchée au poste auquel j’ai été formée pendant mon master. Je suis aujourd’hui chargée de développement local au sein de la Mairie de Paris. Je travaille à la mise en œuvre de la Politique de la Ville sur le dix-huitième arrondissement, et plus particulièrement sur les questions de cadre de vie et de culture. Sortant d’études d’architecture, je n’aurais jamais imaginé m’orienter vers ce métier. Mais mon parcours au sein du master DUI et mon expérience en apprentissage m’ont permis de me former et d’apprécier ce métier, un métier de terrain qui demande à la fois de travailler en proximité avec les habitant·es et les associations, mais également avec un bon nombre de partenaires institutionnels, des élu·es et des technicien·nes de la Ville de Paris. L’approche intégrée du master DUI m’a appris à rester vigilante dans ma pratique professionnelle, et aujourd’hui, j’envisage toujours les problématiques de cadre de vie de concours avec celles de lien social, d’accès au droit, de santé, etc. auxquelles sont confronté·es quotidiennement les habitant·es des quartiers Politique de la Ville.

Alice Perrin

Chargée de développement local au sein de la Mairie de Paris

Promotion 2017 – 2018

Une année de Développement Urbain Intégré ou comment tout intégrer, désintégrer et réintégrer !

Phase 1 : Intégrer !

Nous sommes une bonne vingtaine autour des tables. On se regarde, on se découvre pour beaucoup, on s'ouvre aux uns et aux autres. On vient d'un peu partout : Urbanisme, Géographie, Histoire, Architecture, Enseignement... On est jeune ou vieux mais on est ensemble et c'est sympa... On écoute les premières leçons, il y a ceux qui posent des questions, un peu, beaucoup. On apprend des trucs nouveaux. "Je suis content" ! On fait un premier passage dans nos boulots d'alternant. On découvre un monde. On revient à l'Ecole, on retrouve les camarades... On nous parle de projet urbain, de sociologie, de développement économique, de politiques publiques, de désiloter la réflexion et l'action publique... 

On intègre et on s'intègre en somme.

Phase 2 : Désintégrer !

Très vite on workshop, du verbe workshoper, propre à l'activité d'un DéUIste... Il faut faire du terrain, des entretiens, des recherches en tous genres... On se répartit les tâches, les dossiers, les secteurs... Certains prennent les choses en main, d'autres mettent leur grain de sel, on partage, on compare les méthodes variées des uns et des autres, on n'est pas d'accord, on s'engueule, gentiment mais avec conviction, on échange encore beaucoup, on ne dort pas assez... On retourne au boulot, on prend en main des dossiers que l'on ne maîtrise pas mais c'est pas grave, ça va, on est là pour apprendre et c'est passionnant, souvent, parfois, la plupart du temps... On est content de retrouver l'Ecole et les copains... On apprend des choses nouvelles, on débat, on s'interroge, on interpelle les intervenants, on réfléchit, seul, en groupe, tous ensembles, avec les profs.... On comprend un peu, vaguement, puis aucunement, puis finalement parfaitement ce que l'on attend de nous mais on n'a plus aucune certitude. "Et donc ?" Notre esprit est ouvert. 

On s'est fait désintégrer en somme...

Phase 3 : Réintégrer !

Il faut boucler, vite, on est charrette, les commanditaires attendent les rendus d'études, les profs attendent les rapports de stage/mémoires/dossiers/référentielsdumeilleururbanistedelaterre : vite, deadline, professionnalisme... bref "On tient un truc là !", on synthétise, on argumente, boucle en trois jours et nuits, tous ensemble. On a relu, encore, puis encore... On est prêts pour la restitution devant les commanditaires, on y croit, on est les meilleurs ! C'est vrai ! Ils adorent, nous aussi, les profs aussi (bon c'est perfectible quand même hein...) On a bien bossé ! On repart au boulot une dernière fois mais l'Ecole c'est fini. On n’a pas envie de quitter les amis, les profs, la dynamique de groupe, l'émulation, l'enrichissement.... Mais devant nous d'autres projets, d'autres parcours, forts de la posture DUI, forts de l'éclectisme DUI, forts de la richesse de cette année DUI où l'on a tout déconstruit pour reconstruire collectivement. 

On a bien réintégré en somme... Les DéUIstes 2017-2018

Promotion 2018 - 2019

L’année universitaire DUI fut synonyme pour l’ensemble de notre promotion d’enrichissement tant professionnel que personnel. La diversité et la complémentarité des profils fut un terreau fertile valorisé par les enseignants lors des workshops. DUI nous a appris à porter un regard transversal sur les problématiques à traiter grâce à la diversité des séminaires et des acteurs professionnels invités.

Les connaissances, compétences, acquis et difficultés de chacun ont été mis en commun dans un même but : produire un travail représentatif de nos acquis faisant la synthèse des idées et savoirs spécifiques de chacun.

Accepter les différences et les divergences de vue, faire des concessions et se remettre en question sont autant d’axes de progression constitutifs des ateliers recherche-action réalisés. L’esprit d’équipe a permis au groupe de faire corps et prévaloir sur l’intérêt personnel pour le bénéfice de l’objectif visé : capitaliser une année d’apprentissage professionnelle et d’enseignement universitaire enrichi par la diversité des profils. Notre année DUI c’est aussi pour nous de l’amitié. Une amitié qui a animé et anime encore nos relations avec son lot de fous rire, de « coup de gueule » et de soirées mémorables.

Les DéUIstes 2018-2019