En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies relatifs aux réseaux sociaux et à la mesure d'audience.

Insertion professionnelle

L'insertion professionnelle après l'EUP

L’École d'Urbanisme de Paris a vocation à suivre de près les évolutions de la pratique professionnelle à travers des enquêtes d’insertion réalisées six mois et 24 mois après la diplomation des étudiant.es.
 

Enquête 2020 sur l'insertion professionnelle à 24 mois (promotion 2017-2018)

Enquête réalisée fin 2020, concernant la promotion 2017-2018, 24 mois après la diplomation.
▪ 211 diplômé.es enquêté.es.
▪ 178 répondant.es.
→ Un taux de réponse de 84%.

Quelques données clés de l’enquête :
87% des jeunes diplômé.es étaient en emploi au moment de l'enquête (24 mois après leur diplomation).
74% des diplômé.es en poste l'étaient en Île-de-France.
82% des diplômé.es en poste percevaient un salaire égal ou supérieur à 1800 euros, et 59% un salaire égal ou supérieur à 2100 euros (net mensuel, primes incluses).
90% des diplômé.es en poste étaient satisfaits ou très satisfaits de leur emploi.


Lire l'enquête dans son intégralité

Enquête 2020 sur l'Insertion Professionnelle des étudiant.es de l'EUP, 24 mois après leur diplomation (promotion 2017-2018).

Visualiser (pdf)

Enquête 2020 sur l'insertion professionnelle à 12 mois (promotion 2018-2019)

Enquête réalisée fin 2020, concernant la promotion 2018-2019, 12 mois après la diplomation des étudiant·es de l’École d’Urbanisme de Paris (EUP).
Exceptionnellement (en partie pour cause de pandémie de covid-19), cette enquête a été réalisée 12 mois, au lieu de six mois, après la diplomation.
▪ 169 diplômé.es enquêté.es.
▪ 140 répondant.es.
→ Un taux de réponse de 83%.

Quelques données clés de l’enquête :
74% des jeunes diplômé.es* étaient en emploi au moment de l'enquête (12 mois après leur diplomation) — et ce, dans un contexte d'accès à l'emploi compliqué par la pandémie de covid-19.
▪ Pour 33% des diplômé.es* en poste, leur contrat était une prolongation du stage de fin d'étude (23%) ou de l'alternance (10%) effectués pendant leur cursus à l'EUP.
52% des diplômé.es* en poste l'étaient en CDI.
80% des diplômé.es* en poste, l'étaient en Île-de-France.
78% des diplômé.es* en poste percevaient un salaire égal ou supérieur à 1800 euros (net mensuel, primes incluses).
89% des diplômé.es* en poste étaient satisfaits ou très satisfaits de leur emploi.
*ayant répondu au questionnaire.


Lire l'enquête dans son intégralité

Enquête 2020 sur l'Insertion Professionnelle des étudiant.es de l'EUP, 12 mois après leur diplomation (promotion 2018-2019).

Visualiser (pdf)

Enquête 2019 sur l'insertion professionnelle à 24 mois (promotion 2016-2017)

Enquête réalisée courant 2019, concernant la promotion 2016-2017, 24 mois après la diplomation. 
▪ 184 diplômé.es enquêté.es.
▪ 126 répondant.es.
→ Un taux de réponse de 70%.

Quelques données clés de l’enquête :
Seuls 6% des diplômé.es étaient en recherche d'emploi au moment de l'enquête.
67% des diplômé.es en poste l'étaient en CDI.
48% des diplômé.es n'avaient connu aucune période de chômage.
89% des diplômé.es en poste étaient satisfaits ou très satisfaits de leur emploi.


Lire l'enquête dans son intégralité

Enquête 2019 sur l'Insertion Professionnelle des étudiant.es de l'EUP, 24 mois après leur diplomation (promotion 2016-2017).

Visualiser (pdf)

Enquête 2019 sur l'insertion professionnelle à six mois (promotion 2017-2018)

Enquête réalisée courant 2019, concernant la promotion 2017-2018, six mois après la diplomation.
▪ 212 diplômé.es enquêté.es.
▪ 172 répondant.es.
→ Un taux de réponse de 81%.

Quelques données clés de l’enquête :
▪ Seuls 7% des diplômé.es étaient en recherche d'emploi
au moment de l'enquête.
→ Les principales difficultés rencontrées : le manque d'offres d'emploi dans le domaine recherché et la difficulté à être mobile.
▪ Pour 34% des diplômé.es en poste, leur contrat était une prolongation du stage effectué pendant leur cursus à l'EUP.
▪ 52% des diplômé.es en poste l'étaient en CDI.

Au regard de leur situation au moment de l'enquête, les diplômé.es déclaraient que leur formation à l'EUP leur avait principalement apporté :
▪ Une expérience de terrain grâce aux ateliers, l’alternance, les stages, les interventions des professionnel.les.
▪ Une culture générale en urbanisme et des connaissances spécifiques dans des domaines précis.
▪ Une ouverture d’esprit.
▪ Un regard critique.
▪ Des qualités : rigueur, capacité d’adaptation, d’analyse.
▪ Des outils et des méthodologies en urbanisme.


Lire l'enquête dans son intégralité

Enquête 2019 sur l'Insertion Professionnelle des étudiant.es de l'EUP, six mois après leur diplomation (promotion 2017-2018).

Visualiser (pdf)

Enquête 2018 sur l'insertion professionnelle à 24 mois (promotion 2015-2016)

Enquête réalisée fin 2018, concernant la promotion 2015-2016, 24 mois après leur diplomation.
▪ 218 diplômé.es enquêté.es.
▪ 159 répondant.es.
→ Un taux de réponse de 73%.

Quelques données clés de l’enquête :
▪ Plus de la moitié des diplômé.es
n'avaient connu aucune période de chômage au cours de ces deux années.
▪ 32% des diplômé.es en emploi travaillaient pour des cabinets de gestion ou des bureaux d'études.
▪ 20% des diplômé.es en emploi exerçaient au sein d'une collectivité territoriale.
▪ 77% avaient trouvé un emploi en Île-de-France.


Lire l'enquête dans son intégralité

Enquête 2018 sur l'Insertion Professionnelle des étudiant.es de l'EUP, 24 mois après leur diplomation (promotion 2015-2016).

Visualiser (pdf)

Enquête 2017 sur l'insertion professionnelle à six mois (promotion 2015-2016)

Enquête réalisée en 2017, concernant la promotion 2015-2016, six mois après leur diplomation. Il s'agit de la première enquête lancée par le Bureau d'aide à l'insertion professionnelle (BAIP) de l'École d'Urbanisme de Paris sur l'insertion professionnelle des étudiant.es diplômé.es de l'EUP.
▪ 218 diplômé.es enquêté.es.
▪ 165 répondant.es.
→ Un taux de réponse de 76%.

Quelques données clés de l’enquête :
▪ Plus des deux tiers des diplômé.es étaient en emploi au moment de l'enquête.
▪ Près de 41% des étudiant.es en poste avaient accédé à l’emploi via le stage de fin d’année de leur cursus à l'EUP.
▪ La majorité (près de 64%) des diplômé.es en emploi travaillait dans le secteur privé.
87% des diplômé.es en emploi avaient trouvé un emploi en Île-de-France.
▪ Une large majorité (93%) des diplômé.es se disaient satisfait.es voire très satisfait.es de la formation reçue à l'EUP.


Lire l'enquête dans son intégralité

Enquête 2017 sur l'Insertion Professionnelle des étudiant.es de l'EUP, six mois après leur diplomation (promotion 2015-2016).

Visualiser (pdf)

Les débouchés

L’EUP a pour ambition de permettre un renouveau des rapports entre une école universitaire, centre de formation à l’urbanisme, et son environnement professionnel.

Le diplôme de Master en Urbanisme et Aménagement ouvre la voie à un panel de métiers d’avenir.

Il forme aux métiers de la maîtrise d’ouvrage urbaine, de l’assistance à la maîtrise d’ouvrage urbaine et du pilotage de projets territoriaux et urbains au sein des collectivités et de leurs partenaires publics et privés.

Le champ des débouchés est large et ses contours évoluent en fonction du renouvellement des enjeux soulevés par la production de la ville (santé, transition énergétique, nouvelles mobilités, etc.), de la réorganisation des acteurs (stratégie des grands groupes immobiliers, partenariats public-privé, redéfinition du rôle de l’État, etc.) ou de l’émergence de nouveaux acteurs en lien avec de nouvelles thématiques urbaines ou de nouvelles pratiques professionnelles (urbanisme transitoire, collectifs d’action, etc.).

Dans ce paysage fluctuant, les fonctions occupées par les diplômé.es relèvent de différentes formes d’activités, parfois exercées dans des domaines spécifiques (logement, mobilités, espaces publics, développement économique, etc.). Au cours de sa carrière, le ou la professionnel.le fera souvent des allers et retours entre ces différentes activités, ou sera amené.e à les exercer de manière concomitante.

Métiers des études urbaines : analyse des situations et des besoins pour l’aide à la décision publique ou privée Activités types : production de diagnostics urbains, production d’études d’impact environnemental, production d’analyses du marché du logement, production de diagnostics fonciers, exercices de prospectives territoriales avec les acteurs locaux, mise en œuvre d’outils de veille sur les évolutions territoriales, etc.  
  Structures type : bureau d’études et de conseil, agences d’urbanisme, observatoires territoriaux, agences de l’État.  
Métiers de la planification urbaine : accompagnement et anticipation des politiques urbaines et de leur mise en œuvre Activités types : élaboration de documents de planification et de réglementation (SCOT, PLUI, PPHH, etc.), élaboration de programmes d’action, activités de concertation avec les habitants, etc.  
  Structures types : collectivités territoriales, bureau d’étude et de conseil en assistance à la maîtrise d’ouvrage, établissements fonciers.  
Métiers de la conception urbaine : définition et mise en œuvre des projets urbains Activités types : programmation urbaine, montage juridique et financier de projets, rédaction des cahiers des charges de consultation de prestataires, interface entre maîtrise d’ouvrage, maîtrise d’œuvre et usagers, etc.  
  Structures types : bureaux de conseil en programmation, sociétés publiques locales d’aménagement, aménageurs privés, promoteurs immobiliers.  
Métiers de la gestion urbaine : organisation et gestion des composantes de la ville (logements, réseaux, espace public, paysages, etc.) Activités types : établissement de programmes d’intervention, gestion patrimoniale, etc.  
  Structures types : collectivités territoriales, bailleurs sociaux, autorités organisatrices des transports, opérateurs de services publics locaux.